ACCUEILPUBLICATIONSFORMATIONSHISTORIQUEMÉTHODEJOHN HURLEY : LA GRANDE PRESCRIPTIONCONTACT
BIO-ALIGNEMENT
AQUARIAN-AGE HEALING
Traduction interview William Wethern
Interview de William Wethern par Lilou Macé sur Skype le 27/10/10
web TV www.LilouMace.com

Lilou- Bonjour William.

William- Bonjour Lilou. Comment allez-vous aujourd’hui ?

L- Très bien merci. Merci d’accepter de nous donner cette interview. Vous pratiquez et enseignez une méthode qui s’appelle Aquarian-Age Healing (Bio-mechanics) ?

W- C’est exact.

L- Je suis très curieuse de comprendre ce qu’est cette méthode. Pouvez-vous m’expliquer ?

W- Bio-mechanics (Technique 1 du Bio-alignement en français) est basée sur l’étude des distorsions corporelles, leur cause, leurs effets, et le plus important, le moyen de les corriger. La méthode est énergétique, au moyen d’un toucher très léger (une pression inférieure au poids d’une pièce de 10 cents). Cette méthode atteint les structures internes et les mémoires cellulaires du corps, leur permettant de se détendre, tout comme le fait le ressort moteur d’une montre, graduellement pendant un certain laps de temps, une fois que « l’ordinateur corporel » est ouvert et que l’on y a accès.

L- Comment en déduisez vous que notre corps n’est pas aligné?

W- Ce sont les mesures et les co-mesures de ce travail qui permettent de déduire si le corps est aligné ou non. Elles permettent de déterminer les problématiques et le centre exact d’équilibre du corps. Ceci étant, on va donner seulement l’information au corps qui va suivre la reprogrammation pour revenir de lui-même à l’état d’équilibre. Cela se fait de soi-même.

L- Ah ! Alors le corps a réellement la capacité de se réaligner automatiquement et naturellement une fois qu’on l’a aidé à se réaligner, si je comprends bien ?

W- J’aime appeler cela la Sagesse Innée. Innée, fait appel à tout ce qui dans notre corps est acquis depuis la naissance, et une fois que l’on a accès à cette information, c’est comme si on avait allumé l’ordinateur. Quand tu allumes l’ordinateur, si tu n’arrives pas dans un programme, tu as une icône qui se ballade sur l’écran. Mais quand tu arrives dans un programme tu peux restructurer, reprogrammer, réajuster, dans ce soin c’est la même chose, tu as accès aux mémoires de l’énergie initiale qui va restructurer, reprogammer, et rééquilibrer…

L- Est-ce que cela signifie que la méthode est basée sur la Physique Quantique ?

W- Je pense que tout est basé sur la Physique Quantique. Quantique signifie simplement que les choses sont gérées sur plusieurs niveaux à la fois. Et parce que l’Énergie est partie intégrante de la mémoire cellulaire et que la mémoire cellulaire donne accès à l’Énergie, la Sagesse Innée sait ce qu’elle doit faire pour ramener l’équilibre.

L- D’où vient cette Sagesse Innée ?

W- C’est cette Étincelle Divine au sein de l’être que nous sommes. Nous sommes en fait des êtres spirituels venus expérimenter dans un corps physique. Quand il y a blocage, sur un quelconque plan, cela se traduit par un dommage qui se produit au niveau du sacrum. La signification de sacrum vient du groupe de mots « os sacrés », Lilou. C’est de là que vient l’information et à partir de là qu’elle est dirigée partout dans le corps. La médecine traditionnelle a plutôt tendance à dire que le cerveau est le centre de l’information, mais c’est le sacrum qui envoie l’information et le cerveau qui la perçoit.

L-
Qui a dit cela ? Qui a dit qu’il en était ainsi ? Qui l’a découvert?

W- L’homme qui a développé ce travail s’appelait John L. Hurley. Il a participé à la construction du Golden Gate Bridge à San Francisco en tant qu’ingénieur en chef.
Rectification : John L. Hurley a été ingénieur dans les chemins de fer et non dans la construction de bâtiments.

L- Il a fait le lien entre les ponts et le corps humain, comme c’est intéressant !

W- Il a juste appliqué les principes des câbles en acier sous-tendus par des pylônes aux tissus du corps humain sous-tendu par les os, en reconnaissant que lorsqu’il y a un point faible dans l’ensemble, ce dernier est aussi fort que son point le plus faible. La pièce d’un pont devra être remplacée (sinon le pont s’écroule), tandis que l’intégrité d’un corps humain dans sa totalité est diminuée lorsqu’il y a déplacement du sacrum (processus d’adaptation). Il y a 34 muscles directement reliés au sacrum (dont 8 principaux). Il existe mille et une façons d’occasionner le déplacement du sacrum : suite à un choc, en se blessant, en ayant un accident de voiture ou de moto, en tombant d’un arbre, en faisant une chute de cheval… (suite à un choc émotionnel ou mental ou suite à des stress chroniques). L’information est donnée directement au sacrum. Cela commence là. La première fonction du corps étant l’autopréservation, il va tout faire pour fonctionner à un niveau optimal, peut importe où il en est et ce qui s’est passé pour en arriver là, il va tout faire pour fonctionner tant bien que mal. C’est son travail, même s’il le fait à son détriment.

L- Le sacrum aurait-il donc une intelligence ? A-t-il un système énergétique ? A-t-il un système nerveux ?

W – Justement, le système nerveux du sacrum… Le corps est un système électrique, magnétique, et chimique. Quand le flux électrique dans le corps est harmonieux, vous avez approximativement 144.000 espèces de courants d’énergie qui sont supposés résonner harmonieusement ensembles, envoyant l’information d’un endroit à un autre. Quand le sacrum n’est plus aligné, le corps va fabriquer de l’acide sarcolactique, qui est cristallin par nature, et qui crée une résistance au passage du courant de cette énergie.
T’est-il arrivé, Lilou, en entrant dans une pièce d’oublier pourquoi tu y étais venue ? Cela arrive à la plupart des gens. Ils reviennent donc à leur point de départ, là où s’était créé leur pensée originelle. Normalement le moment où l’on essaie de se remémorer la chose, c’est quand on est en chemin par exemple pour aller à la boutique et que l’on se rappelle que l’on a oublié la liste des commissions sur la table à la maison. Le corps est toujours capable d’obtenir l’information, mais lorsque le signal est envoyé et qu’il arrive à un blocage, le corps doit se réorganiser. Il doit rediriger l’énergie jusqu’à ce qu’il puisse boucler son circuit.


L- Une seule séance est-elle suffisante pour aider le corps à redémarrer ?

W- Mon objectif, Lilou, est de le lui permettre en une seule séance. En moyenne cela prend de 1 à 3 séances. Je n’ai pas beaucoup d’amis chiropracteurs, car lorsqu’ils m’envoient des patients, ces derniers, après une séance, n’ont plus besoin de leurs services parce que l’Inné a corrigé leur problème (ou a commencé à le faire). Le corps n’a pas été traité à partir des symptômes.

L- Que se passe-t-il quand le client est sur la table ? Est-ce que vous posez les mains à des endroits particuliers ? Opérez vous une sorte de chirurgie énergétique ? Comment cela se passe-t-il?

W- Il ne s’agit pas de chirurgie énergétique. La méthode s’applique à partir de mesures prises en mettant la personne debout sur un T-square (sorte de planche en forme de T pour y poser les pieds). Le T-square est doté d’un fil à plomb sur le côté et d’un autre à l’arrière. Au moyen de mesures et de co-mesures, nous sommes à même de déterminer le centre d’équilibre du corps à l'instant précis. Le T-square est spécifiquement conçu pour analyser la face dorsale du sacrum au niveau de la 5ème lombaire, et plus particulièrement au moment où la personne se penchera en avant, favorisant ainsi la mise de tout le poids du corps sur le fémur qui est l’os le plus long et le plus résistant.  Cela va permettre de trouver le centre d’équilibre du corps qui va se trouver sous le pli fessier, à la charnière de la partie inférieure de la fesse et de la partie supérieure de la cuisse. Il va se situer au croisement de cette ligne entre la partie extérieure de la cuisse et sa partie intérieure. Cela dépend des mesures et des co-mesures. Lorsque le centre d’équilibre du corps est déterminé, je suis en mesure, à partir de cet endroit, de faire bouger le corps de gauche à droite et d’avant en arrière, peu importe que la personne pèse 80 ou 400 pounds. Il n’y a qu’un centre d’équilibre possible à cet instant précis et un seul point qui lui corresponde. À partir de là, il y a trois directions qui en découlent et permettent au corps de retrouver son état d’équilibre naturel. La première direction est le point de contact qui permet au centre d’équilibre du sacrum de réintégrer sa place et favorise la rotation d’avant en arrière, permettant à la hanche antérieure de revenir en arrière. La deuxième ligne de direction ramène l’antériorité du corps à revenir en arrière, en l’incitant à revenir sur les talons, ce qui est sa posture normale, et la troisième incite le haut du dos, le cou, les épaules, les os et les articulations du crâne à retrouver leur place initiale.

L- J’ai eu un alignement en France, car vous avez un praticien là-bas.

W- Oui, j’en ai plusieurs.

L- C’est un processus très subtil.

W- Oui. Il est engagé par un toucher qui est plus léger que le poids d’une pièce de 10 cents.

L- Cela se passe à un niveau si subtil que notre esprit a du mal à suivre.

W- Beaucoup de gens à la fin d’un alignement, quand ils quittent la table, n’ont plus de douleurs, ou constatent la disparition de leurs symptômes. Ils me disent alors qu’ils ont pourtant l’impression que je n’ai rien fait de spécial. Et je leur réponds, vous avez raison, je n’ai eu qu’accès à la base de données du corps, je lui ai donné la direction, et il a fait le travail.


L – Le corps mémorise-t-il les choses au niveau cellulaire ?

W- Oui. Absolument.
C’est ce qui se passe pendant le processus d’Alignement. Il va continuer à évoluer pendant plusieurs semaines. Te souviens-tu quand tu as quitté la table ? Tu te sentais dans un état de quiétude totale (détendue, légère, calme), tu étais dans un état second. Les sensations cristallines que tu pouvais avoir au niveau des épaules, du cou, et les autres choses désagréables qui se passaient dans ton corps avant la séance avaient changé après la séance au point de t’en apercevoir quelques jours plus tard ou après plusieurs semaines. Le processus se déroule à son rythme, normalement.
Quand as-tu eu ta séance ?


L- Cela fait quelques mois, six mois environ. Je n’y ai pas porté vraiment attention. Je ne peux pas dire vraiment. Je n’avais pas de douleur particulière. C’était juste pour tester la technique, voir comment cela se passait, ressentir…

W- Comment te sens-tu maintenant ?

L- Très bien.

W- Tu es un génie ! (rires)

L- Mais je n’ai rien noté de précis. Je pratique beaucoup d’autres choses, et je ne peux pas préciser.

W- Lorsque des amis chiropracteurs ou ostéopathes viennent faire une séance, je leur demande s’ils font des analyses (sanguines ou autres) régulièrement. Je leur propose alors de refaire les mêmes 6 à 8 semaines après la séance.
Tu es relativement jeune, tu as 30 ans, n’est-ce pas ? J’ai le double de ton âge. Engager un processus d’alignement prendrait beaucoup moins de temps pour toi que pour moi, en admettant qu’il s’agisse d’une première séance pour l’un et l’autre. Cela, parce que mon corps est passé par beaucoup plus de processus d’adaptation. Une fois que le sacrum est déplacé, le corps se cristallise immédiatement, se bloque à cet endroit, et s’adapte pour compenser cette distorsion. La difficulté est que, pour chaque processus d’adaptation dans lequel s’engage le corps, partout les parties en interne abandonnent une part d’elles-mêmes, donnent une part de leur juste place et de leur juste espace pour s’accommoder de ce déplacement et de ce changement. C’est ainsi que nous produisons des scolioses, la maladie d’Epstein-Barr, des candidas, des maux de tête, des conditions de mal être, des douleurs dans le corps…


L- Comment le corps envoie-t-il des cristaux ?

W- Le corps ne les envoie pas, il les crée tous les jours.
Le scénario idéal que j’appelle le « stress relax » ressemble dans la vie à celui d’un bébé qui se réveille, mange, joue, parle, mange à nouveau, fait plein de petites choses, puis s’allonge pour se reposer afin de libérer tout l’acide sarcolactique qu’il vient de créer. Ce qui se passe chez un adulte, c’est qu’il n’est plus capable d’évacuer complètement cet acide. Le corps le stocke, et le « réutilise » mécaniquement en créant des « pied d’athlète », de la corne, des callosités, beaucoup de tensions et de torsions dans les tissus, des contractures musculaires, des tendons et des ligaments distendus, jusqu’au point où ils sont plus que stressés, où les stress consécutifs deviennent des stress excessifs qui provoquent de la douleur. Nous devons faire quelque chose pour changer cela, tant qu’il est encore temps, tant que le corps est encore capable de retourner l’information.


L- Qu’appelez-vous Aquarian-Age Healing ?

W- L’ère du Verseau a débuté en 2001. Avec l’ère du Verseau il y a beaucoup de choses nouvelles qui vont se développer. Ce travail a été créé de 1929 à 1934. Je crois qu’en créant ce travail le Dr Hurley était un grand visionnaire, au point que cela lui a pris 5 ans pour le développer et le présenter à l’A.M.A. (American Medical Association).

L- Qu’a fait cette association médicale ?

W- L’A.M.A. lui a envoyé des patients à propos desquels il ne connaissait rien. Il fut capable de déterminer avec justesse et exactitude à 94% ce qui se passait dans leur corps, ainsi que les organes et les systèmes qui étaient excessivement touchés suite à des stress excessifs qu’ils avaient subi. L’exactitude de ses constats, ses résultats, le fait qu’il était ingénieur et qu'il n'était pas chiropracteur dans l’État du Colorado, conduisirent l’A.M.A à lui demander de ne plus pratiquer ce travail. Il refusa d’obtempérer. Il fut arrêté, et mis en prison pour usage illégal de la médecine. Il fit appel, et gagna en appel. Le même scénario se reproduisit avec les chiropracteurs. Il gagna à nouveau. Mais cinq années de tribunaux contribuèrent à faire en sorte que cette méthode s'est perpétuée de façon confidentielle.

L- Alors, la méthode n’a jamais été reconnue ?

W- Je dirais que maintenant elle est un peu plus connue, car les gens recherchent des résultats, et le bouche-à-oreille fonctionne bien.
J’ai expérimenté ce travail, Lilou, après m’être blessé le dos en tombant d’un toit (28pieds) où je me suis fait mal au poignet, puis en me blessant le dos dans un accident trois ans après. J’ai dû porter un corset pendant 3ans ½. Au début j’ai été informé que si l’on ne m’opérait pas immédiatement, je serais dans une chaise roulante dans les six mois qui suivraient. Mais j’ai cherché d’autres moyens de m’en sortir avec la Foot Thumb thérapie, la Foot reflexologie, des massages, de l’acupuncture, de l’acupressure, des massages cranio-sacrés, et j’avais deux séances de chiropractie tous les jours. Je ne pouvais pas travailler sans le secours de ces séances de chiropractie. Le premier jour, je travaillais, et le jour suivant, j’en étais incapable. Donc en me levant le matin, j’allais voir le chiropracteur, je travaillais, et le soir je retournais chez le chiropracteur. Tout ce temps, je ne faisais que brûler mon énergie, poussant mes surrénales à fond, alors que normalement le corps n’est conçu pour solliciter les surrénales qu’en situation d’urgence. Mais cela me permettait de vivre. Trois ans et demi plus tard donc, je retourne chez le médecin qui pouvait décrire ce que j’avais, mais qui était incapable de me guérir. Puis il y eut le fameux jour où le chiropracteur me cassa le sternum ! Où j’ai passé un sale moment, et où il m’a fait prendre conscience que les muscles sont plus résistants que les os. Je n’avais pas compris ça avant. Chaque méthode, que j’avais essayée, m’avait apporté un certain niveau de confort, mais aucune ne m’avait permis de quitter mon corset. Pour sortir des toilettes, j’avais besoin de l’aide de ma femme. Elle devait me soulever pour me mettre debout. Je ne pouvais pas sortir seul de ma chaise. À l’âge que j’avais, je trouvais ça très humiliant. C’est alors que j’ai crié vers Dieu, et j’ai dit : Si tu veux attirer mon attention, tu peux l’avoir immédiatement ! Trois jours plus tard je me rendais dans la boutique « bio » d’une amie où une dame me donna l’adresse du monsieur (Ken LADD) où je me suis rendu pour recevoir ce soin. Je suis arrivé chez lui, et 3 heures et 28 minutes plus tard j’en ressortais et je n’avais plus besoin de corset. Ce résultat m’a vraiment surpris, car j’avais suivi des cours médicaux et para-médicaux pendant 8ans ½ et navigué dans le milieu médical durant 22 ans. J’avais marché avec beaucoup de difficultés jusqu’au lieu où se trouvait cet homme (Ken LADD), et voilà que j’étais parti de chez lui en oubliant mon corset ! Je lui ai dit que je ne savais vraiment pas ce qu’il avait fait pendant la séance, mais que je savais une chose : je voulais apprendre cette méthode. Peu m’importait de savoir le temps que prendrait la formation, l’endroit où il faudrait aller pour l’apprendre, ou d’en connaître le coût. Il m’a répondu qu’il n’enseignait pas ce travail. Je lui ai répondu que s’il se donnait un enseignement quelque part, je voulais savoir. Il m’appela quatre mois et demi plus tard pour me prévenir qu’il y avait une formation. C’était, il y a vingt-cinq ans.

Rectification: en fait William a appris le travail avec Ken LADD qui a reçu l'autorisation d'enseigner et lui a appris le premier niveau (William n'est pas allé plus loin).

L- Comment cela a-t-il évolué depuis ce temps ? Est-ce parce que la méthode a évolué qu’elle se nomme Aquarian-Age ?

W- C’est le nom originel que lui a donné son fondateur John Hurley, en 1929. Je pense qu’il a vraiment été un visionnaire, en plus d’un maître guérisseur. Il était en avance sur son temps ! Et bien qu’il ait présenté sa méthode aux autorités avec succès, les résultats positifs risquaient de provoquer des changements tellement importants que les chiropracteurs pouvaient avoir le sentiment d’être remis en question.

L- En quoi cette méthode est-elle efficace ?

W- Elle est efficace pour tous les types de maladies chroniques (et aigües). Le corps fonctionne sur quatre modes : en stress-relax, puis de stress-relax à stress-stress, puis de stress-stress au stress-excessif, puis de stress-excessif en stress-excessifs. À chacun de ces stades le corps donne des informations, et à chacun de ces stades le degré de cristallisation augmente en interne. Cela va produire des sensations : le premier stade donne une sensation de chatouillement, puis vient la sensibilité, puis c’est le tour de la douleur, et enfin arrive le stade où il n’y a plus de sensation. À partir de là commence la dégénération, l’atrophie, puis le dernier degré de cristallisation, la nécrose (au niveau local) ou la mort (du corps dans sa globalité). En règle générale, on n’a jamais ramené la personne qui a atteint cet état.
J’ai travaillé, il y a dix jours, avec un homme dont le corps ne ressentait plus rien à 95%. Il ne se reposait plus depuis plusieurs années. Hier, j'ai reçu un e-mail de sa femme qui me racontait que son mari allait beaucoup mieux, qu’il avait des douleurs et qu’il bougeait. Je lui expliquai alors comment le corps était capable de résoudre sa problématique de douloureux à sensible, puis à chatouilleux, et probablement à plus rien. Mais si le corps faisait tout cela en une seule fois, cela le rendrait très malade, il n’arriverait pas à gérer la situation, ce serait un scénario de «crise ». Le corps, selon sa nature innée, va gérer au fur et à mesure un retour à la santé. Le processus de guérison va s’effectuer de jour en jour, de semaines en semaines.
À la fin de la séance d’alignement, nous « scellons » le point de contact. Cette étape peut se comparer au moment où l’on met la voiture en vitesse de croisière. Tu es sur l’autoroute, entre Chicago et Memphis, tu mets la vitesse de croisière, à la vitesse que tu désires, tu montes à la vitesse appropriée, et après le système s’enclenche tout seul. Que se passe-t-il ? Cela maintient une vitesse égale, lorsque tu montes une colline le moteur accélère tout seul pour s’accommoder, et lorsque tu descends, le moteur diminue la vitesse de lui-même. Il maintient l’intégrité vitesse/terrain, ton travail consiste juste à tenir le volant. C’est la même chose avec le corps. Tandis que le processus se déroule, l’inné prend en charge le reste. Ce qu’il dit en substance, c’est : « Corps, je te donne l’information, tu as déjà fait du bon travail, mais le processus n’est pas fini, s’il te plaît mène-le à bien ». Le corps va alors se donner la permission de libérer les couches de cristaux qui se traduisent par des contractions musculaires, ou des sortes de câbles tendus à l'endroit des muscles Spinaux au niveau des clavicules, du cou, des lombaires… Il va les réduire. Le corps va alors redevenir plus flexible, plus fluide, moins rigide, et l’énergie va mieux circuler.


L- Cette méthode procure-t-elle d’autres bénéfices à vos clients, comme plus d’intuition, ou d’autres choses en plus de leur réalignement physique ? Expérimentent-ils d’autres niveaux de bien-être ?

W- Toujours.
Nous avons cinq corps : le physique, l’astral/émotionnel, le mental inférieur, le mental supérieur, et le spirituel. Ils sont tous connectés. Aussi ce qui affecte une partie du corps affecte sa totalité. On peut dire qu’il n’y a pas une chose isolée qui affecte une partie isolée. Cela arrive collectivement dans le corps dans sa totalité, et de façon graduelle. Avec le temps, la douleur t’enlève la joie, puis la capacité à te détendre, puis progressivement l’équilibre harmonieux disparaît. Mais le travail du corps sera toujours de fonctionner de façon optimale pour maintenir un équilibre qu’il y ait une ou des distorsions non corrigées. Il y a beaucoup de personnes qui ont beaucoup de distorsions non corrigées parce qu’elles ont eu des accidents de voiture, qu’elles ont pratiqué des sports extrêmes qui se pratiquent couramment aujourd’hui… Les dégâts se compensent les uns les autres jusqu’à ce que finalement le corps renvoie suffisamment d’information et que la douleur soit assez forte pour que nous y prêtions attention.


L-
Cette méthode permet-elle de libérer d’autres choses chez les gens ?

W- Elle permet de libérer beaucoup de choses. Le processus de Bio-alignement permet au corps de diminuer sa nature cristalline, il permet à l’esprit d’être plus calme et au cœur d’être plus ouvert, il libère des émotions comme l’anxiété, la peur, la colère, la tristesse, le paraître. La tristesse est ce qu’il y a de plus difficile à faire disparaître. Ce n’est pas la tristesse en elle-même, mais le fait de s’accrocher à elle au point d’être noué à l’intérieur, le plus difficile à ce moment-là étant d’exprimer ce que l’on ressent. Qu’il s’agisse de toi, de moi, ou de quelqu’un d’autre, il est difficile parfois d’exprimer ce que l’on ressent, de le partager, le sentiment est unique. En tant qu’individu nous sommes chacun unique. Dans un processus de Bio-alignement, ton corps avance dans une aventure complètement unique. Pour en arriver là où tu en es aujourd’hui, tu as pris un chemin unique. J’ai pratiqué une douzaine de milliers de séances d’alignement, et j’ai pu constater que chacune était unique. C’est un travail incroyable Lilou…

William donnait cette interview le 27 octobre 2010 et nous quittait quelques jours plus tard, le 14 novembre 2010.
Quelle leçon d’humilité nous donne la vie !
Donné ou reçu, le processus de Bio-alignement engage l’être que nous sommes à accepter le flux engendré par la vie et à réduire les résistances créées par nos limitations humaines.

Traduction Claire de Rivoyre-Nesterenko
Genève, le 8 décembre 2010


ACCUEILPUBLICATIONSFORMATIONSHISTORIQUEMÉTHODEJOHN HURLEY : LA GRANDE PRESCRIPTIONCONTACT